Ce fut une belle rencontre placée sous le signe de l’accueil, de l’écoute, du partage, sous le signe
de la joie.
Lors d’un petit jeu de connaissances ont été évoquées des envies de se mettre au service
des autres – de voir les autres heureux – qu’un ange intervienne pour lutter contre toute
forme d’inégalité.
Chacun a pu ensuite s’exprimer sur l’Evangile de Marc : « La femme de Béthanie » :
« Jésus était dans la maison de Simon, le lépreux » : Jésus s’invite chez des pauvres, il ne
juge personne – à nous de changer notre regard.
« Laissez-la ! pourquoi la tourmenter ? Il est beau le geste qu’elle a fait envers moi » :
Jésus voit la bonté de la femme plutôt que la valeur du parfum. Elle a agi ainsi parce qu’elle
aime Jésus et qu’elle veut lui prouver. C’est un signe de générosité et de reconnaissance.
Pour Jésus, c’est la valeur humaine qui compte et pas l’argent comme dans notre société et
il sait s’en émerveiller.
La femme n’a pas eu peur de rejoindre Jésus. Elle est allée jusqu’au bout de sa démarche
devant tous ceux qui étaient dans la maison. Son geste est courageux, audacieux.
« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous et, quand vous le voulez, vous pouvez
leur faire du bien » : On peut faire du bien en faisant du bénévolat. Dans tout engagement,
on donne mais on reçoit toujours ne serait-ce qu’un sourire, un regard. Il est beau le geste
d’accepter que l’on ait besoin d’être aidé.

Après le départ de certains appelés à d’autres occupations, un petit groupe d’une vingtaine
de personnes s’est retrouvé pour partager le repas ensemble, à l’image des 1ères
communautés chrétiennes.