Citation

"Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon, c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.

Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze" 1 Cor 15

liturgie à la cathédrale (pour échanger)

liturgie à la cathédrale (pour échanger)

 

Basilique Notre Dame

Pour un échange communautaire (fin juin-septembre)

L’organisation intérieure de nos Eglises exprime-t-elle et favorise-t-elle le rassemblement d’une communauté fraternelle vivante qui reçoit sa communion du Christ pour y inviter tous les hommes ?

 

 

 

 

retour sur les étapes:

Dès le confinement les chaises ont été enlevés pour permettre que la cathédrale soit toujours ouverte (beaucoup de résistance au niveau du diocèse pour la laisser ouverte)

 

Au moment du déconfinement, avant l’autorisation du culte, cathédrale ouverte et un certain nombre de visite. Expérience à deux reprises du chemin Eucharistique: passer la porte, la croix, la Parole, la Vierge Marie, l’autel et vivre la communion.

 

Dès l’autorisation du culte, 4 messes le dimanche 8h,9H30, 11H et 18H. en raison de l’usage à 4 reprises de la cathédrale, on n’a pas remis les chaises (problème de désinfection des chaises en paille). Expérience de l’Eucharistie en 3 temps (et trois lieux) : tournés vers la croix, autour de l’Ambon, autour de l’Autel. Des tabourets ont été achetés (don à la paroisse) et des personnes prennent leur siège.

 

Dès le 1er Juillet, remise en place pour 2 mois de chaises stables dans la cathédrale (entre l’ambon et les orgues et au fond des chapelles du transept (horloge et Notre Dame des Miracles).

 

La liturgie est d’abord une expérience qui peut conduire à une réflexion (mystagogie). La contrainte de l’épidémie nous a conduit à des initiatives liturgiques. Il est important de les évaluer. Pour cela, on vit plusieurs configurations de messe et autres assemblées de prière.

 

  • Que vivons nous alors?
  • Qu’est ce que cela m’inspire?
  • Qu’est ce que cela produit en moi?

 

 

Deux questions peuvent nous permettre d’avancer dans la réflexion :

  • Qu’est ce que nous donnons à voir de la vie chrétienne dans notre basilique ?
    • Pour ceux qui viennent célébrer un sacrement
    • Pour ceux qui viennent prier
    • Pour ceux qui viennent visiter

 

 

  • Qu’est-ce que nous vivons ? qu’est ce que nous voulons vivre ?
    • Dans la célébration de l’Eucharistie
    • Dans la prière personnelle
    • La célébration du baptême
    • Les autres sacrements
    • Les sacramentaux

 

décret du concile Vatican II sur la liturgie

  1. Présence du Christ dans la liturgie

Pour l’accomplissement d’une si grande œuvre, le Christ est toujours là auprès de son Église, surtout dans les actions liturgiques. Il est là présent dans le sacrifice de la messe [20], et dans la personne du ministre, « le même offrant maintenant par le ministère des prêtres, qui s’offrit alors lui-même sur la croix » et, au plus haut degré, sous les espèces eucharistiques. Il est présent, par sa puissance, dans les sacrements au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ lui-même qui baptise [21]. Il est là présent dans sa parole, car c’est lui qui parle tandis qu’on lit dans l’Église les Saintes Écritures. Enfin il est là présent lorsque l’Église prie et chante les psaumes, lui qui a promis : « Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » (Mt 18, 20). Effectivement, pour l’accomplissement de cette grande œuvre par laquelle Dieu est parfaitement glorifié et les hommes sanctifiés, le Christ s’associe toujours l’Église, son Epouse bien-aimée, qui l’invoque comme son Seigneur et qui, par la médiation de celui-ci, rend son culte au Père éternel.

C’est donc à juste titre que la liturgie est considérée comme l’exercice de la fonction sacerdotale de Jésus Christ, exercice dans lequel la sanctification de l’homme est signifiée par des signes sensibles et réalisée d’une manière propre à chacun d’eux, et dans lequel le culte public intégral est exercé par le Corps mystique de Jésus Christ, c’est-à-dire par le Chef et par ses membres.

Par conséquent, toute célébration liturgique, en tant qu’œuvre du Christ prêtre et de son Corps qui est l’Église, est l’action sacrée par excellence dont nulle autre action de l’Église ne peut atteindre l’efficacité au même titre et au même degré.

 

Le Concile Vatican II évoque les 4 présences du Christ dans la liturgie :

Le ministre, le sacrement, la parole et l’assemblée. A la suite du concile de Trente, le ministre et le sacrement se sont retrouvés dans le Chœur. Le Concile Vatican II a remis en honneur la Parole de Dieu est elle s’est retrouvée dans le chœur elle aussi.

Cela a formé un groupe (ministre, autel, ambon) face à l’assemblée. Et ceux qui intervienne dans la liturgie (chantres, lecteur) viennent dans le chœur. Que devient l’assemblée dans cette configuration ? elle chante, elle se déplace pour la communion, elle échange la paix.

 

Les propositions liturgiques dans la basilique veulent mettre l’assemblée comme premier acteur de la liturgie.

Le ministre fait partie de l’assemblée (avec une mission spécifique bien sûr). L’assemblée est la présence du Christ qui se nourrit de la Parole et qui offre le pain et le vin.

 

Il y a l’ensemble des sacrements qui sont vécus (baptêmes, confirmation, sacrement des malades, sacrement du pardon, Mariages, Eucharistie). Comment mettre le Baptême qui est la porte des sacrements en valeur car il donne la dignité suprême pour les chrétiens ?

 

Comment faisons-nous de la basilique le lieu de pèlerinage qu’elle doit être ? et non seulement pour les pèlerins occasionnels.

 

 

 

N’hésitez pas à échanger entre vous… à exprimer votre réaction, votre vision…

Le projet est d’avancer ensemble jusqu’au moment de la neuvaine où nous prendrons le temps d’une réflexion commune.

 

 

Dès le 1er juillet, les messes reprennent dans les clochers de la paroisse, cela nous permettra aussi de confronter l’expérience d’un positionnement tel que nous l’avons depuis le 18ème siècle et un positionnement différent dans la cathédrale.

 

L’expérience personnelle dans la célébration de la messe est marquée par notre histoire personnelle, par notre besoin personnel de spiritualité et nos habitudes amicales. C’est bien sûr à reconnaître et à honorer…

Le désir est ici de faire de notre communauté un signe toujours plus efficace de l’amour de Dieu pour tous les hommes. C’est le sens de cette recherche. Comment vivre dans la liturgie et dans notre vie, la joie d’Evangile pour le transmettre au monde !

 

Vous pouvez envoyer vos remarques à saintaudomar@gmail.com ou dans une enveloppe à la maison paroissiale « liturgie de la cathédrale »

Merci !